La Trilogia degli occhiali

en italien surtitré

saison 2011-2012

La Trilogia degli occhiali

(La Trilogie des lunettes)
de : Emma Dante, avec dans Acquasanta : Carmine Maringola, dans Il Castello della Zisa : Claudia Benassi, Stéphanie Taillandier, Onofrio Zummo, dans Ballarini : Sabino Civilleri, Manuela Lo Sicco
 Avis de la presse et des spectateurs

3 - 19 février 2012


Salle : jean tardieu
Horaires : du mardi au samedi, 19h30 - dimanche, 15h30 - Relâche : les lundis
Durée : 2h15

synopsis

Tandis que le corps existe, il existe, il existe.
Trois pièces courtes, indissociables mais autonomes, offrent trois visions fantasmagoriques sur l'humain dépossédé : vieillesse, solitude et maladie. La Trilogie des lunettes marque le retour en force d'Emma Dante et de sa poésie flamboyante.




Trois pièces courtes, indissociables mais autonomes ; La Trilogia degli occhiali, ou La Trilogie des lunettes, décline en trois volets les visions fantasmagoriques sur l'humain dépossédé. Acquasanta présente un homme isolé, démuni comme Job, recraché là, sur la terre ferme par l'océan. Pauvre, il est l'abandonné sans attache et sans lieu, privé des siens et de sa terre : la mer. Il Castello della Zisa est le pays imaginaire d'un enfant à jamais attardé, Nicola, privé de l'usage de la vue et de ses jambes, état catatonique. Autour de sa chaise, deux infirmières jouent, prient, le lavent, saintes femmes qui lui feront connaître l'extase, peut-être. Ballarini, duo pour vieillards, s'impose comme un hymne à l'amour conté à rebours. Deux vieux s'étreignent, s'embrassent, et vivent jour après jour en reculant vers le passé, s'ébattent dans un amour charnel qui les rend jeunes et libres. Chemin de croix en trois temps pour dresser les portraits d'aveugles éclairés : La Trilogie des lunettes illumine les marges des poètes de la mélancolie.
Née en 1967, figure primordiale de la scène internationale, Emma Dante fondait à Palerme, en 1999, sa compagnie Sud Costa Occidentale. Mondes peuplés de créatures sublimes et abominables, cauchemars tendres ou musées de la torture, les spectacles-manifestes d'Emma Dante choquent, cognent, cassent les idées reçues. Récompensée par les plus grands prix internationaux lors des festivals de théâtre européens, l'actrice, metteur en scène et auteur dirigeait récemment Carmen de Bizet à la Scala de Milan. Acquasanta, Il Castello della Zisa et Ballarini : trois chapitres, trois oeuvres, marquent le retour en force d'Emma Dante, fidèle au Rond-Point (mPalermu, Le Pulle, Vita mia...) et de sa poésie flamboyante. Pierre Notte

distribution

De : Emma Dante
Avec dans Acquasanta : Carmine Maringola
Dans Il Castello della Zisa : Claudia Benassi, Stéphanie Taillandier, Onofrio Zummo
Dans Ballarini : Sabino Civilleri, Manuela Lo Sicco
Scénographie : Emma Dante, Carmine Maringola
Lumière : Cristina Fresia

mentions de production

coproduction Compagnia Sud Costa Occidentale, Teatro Stabile di Napoli, CRT Centro di Ricerca per il Teatro, Théâtre du Rond-Point, coordination production / diffusion Fanny Bouquerel / Amunì 

partenaires

revue de presse avis des spectateurs

 Sceneweb.fr - Stéphane Capron

5 février 2012
La trilogie tendre et mélancolique
Le nouveau spectacle de l’italienne Emma Dante est d’une très belle poésie. Ce sont trois histoires indépendantes qui se succèdent. Trois chapitres d’un spectacle d’une extrême sensibilité dans lesquels les personnages rêvent d’une vie différente, d’une vié oubliée, ou d’une vie espérée.
 Consulter l'article

 Le Monde - Fabienne Darge

2 février 2012
La mélancolie, glissée comme une ombre, autour d'une ironie cruelle
à propos de Ballarini, la troisième pièce :
Ce bal macabre, grotesque et fantomatique, que mènent de manière très émouvante deux acteurs historiques de la compagnie, Manuela Lo Sicco et Sabino Civilleri, permet à Emma Dante une superbe variation sur le baroque palermitain. Palerme, cette ville où la mort se met indéfiniment en scène, comme en ces catacombes capucines où s'alignent dans leurs cercueils de verre, ou simplement dressés crâne contre crâne, des morts embaumés dans leurs plus beaux atours.
 Consulter l'article

également à l'affiche