Crepapelle

saison 2009-2010

Crepapelle

ou Comment mourir de rire
texte, mise en scène et interprétation : Maria Cassi, scénographie et lumières : Lucio Diana
 Avis de la presse et des spectateurs

16 septembre - 17 octobre 2009


Salle : roland topor
Durée : 1h25

synopsis

Maria Cassi, c'est un jaillissement ininterrompu de drôlerie, d'émotion, de charme et d'un tas de trucs bizarres.
Une sorte de Stromboli burlesque et sexy dont chaque éruption vous projette dans le bonheur de rire aux larmes. Elle est un rêve de Fellini, de Roberto Benigni et d'Ettore Scola. Bref, Maria Cassi est peut-être la meilleure définition du mot « Irrésistible ». Son spectacle est le regard d'une Florentine amoureuse de Paris. Acrobatique, baroque et clownesque, elle nous dit sur scène son amour : Paris, les Parisiens, les monuments, les pigeons et la douce grisaille qui s'étend de l'Etoile à la Bastille et dans laquelle pour se mouvoir les gens n'arrêtent pas de dire « pardon, pardon, pardon... ». Et Paris avec Maria Cassi soudain devient une ville où brille le soleil italien.

distribution

Texte, mise en scène et interprétation : Maria Cassi
Scénographie et lumières : Lucio Diana

mentions de production

production Compagnia Maria Cassi/Teatro del Sale – Florence
coréalisation Théâtre du Rond-Point 

revue de presse avis des spectateurs

 Culturofil - Delphine Kilhoffer

2 octobre 2009
Crepapelle ou comment mourir de rire de Maria Cassi ? Une Italienne à Paris
En italien, Crepapelle veut dire « rire tellement fort que votre peau finit par craquer », explique Maria Cassi. C'est clair, l'auteur-interprète de ce one-woman-show cherche donc sérieusement à nous amuser. Pour ce faire, elle nous raconte ses tribulations de Florentine tombée amoureuse de Paris, ses immeubles haussmanniens, sa foule et ses serveurs de café.
 Consulter l'article

 Evene.fr - Mathieu Laviolette-Slanka

29 septembre 2009
Crepapelle
Maria Cassi, ambassadrice de coeur de Paris le temps d'un spectacle, manie l'analyse sociologique avec acharnement et dévotion. Dans le bus, à la terrasse des cafés, devant un petit-déjeuner ou sous la Tour Eiffel, la comédienne italienne aime Paris passionnément et le clame.
 Consulter l'article

également à l'affiche