Rester vivant

saison 2014-2015

Rester vivant

(Tableaux parisiens)
un spectacle de : Yves-Noël Genod, d'après les poèmes des Fleurs du mal et du Spleen de Paris de : Charles Baudelaire, son : Benoit Pelé, lumière : Philippe Gladieux, assistanat : Gildas Gouget
 Avis de la presse et des spectateurs

16 - 31 décembre 2014


Salle : roland topor
Durée : 2h30

synopsis

Le spectacle se joue intégralement dans le noir.

Yves-Noël Genod vise l'acte poétique absolu.
Dandy et conteur, Yves-Noël Genod saisit les textes graves, d'un pessimisme envoûtant de Rester vivant, recueil de poèmes de Michel Houellebecq, Prix Goncourt 2010. Avec Jonathan Capdevielle.


Il est le fils de Dante et de Pasolini. Le rire solaire en plus. Un ange remonté des limbes, créature céleste à la séduction démoniaque, il va plonger le théâtre dans le noir, et le public dans une écoute totale. Son projet : transformer l'espace de représentation en boîte intime. Son théâtre, cage d'exhibitions à émotions, devient un espace à délires et à dérives. Il brûle les codes, il casse les règles. Yves-Noël Genod a fréquenté les maîtres Antoine Vitez, Claude Régy ou François Tanguy. Il s'est affranchi des influences pour mettre le feu à tout « l'establishment culturel ». À son actif, près de quarante titres, dont En attendant Genod ; Pour en finir avec Claude Régy ; Jésus revient en Bretagne. Au Rond-Point en 2012, il créait Je m'occupe de vous personnellement. Moments uniques, rares. Instants de grâce, d'insolence, d'inventions, de bouleversements.
Il s'empare ici des Fleurs du mal de Baudelaire, recueil de cent poèmes publiés en 1857, aussitôt condamnés, interdits, mauvaises herbes devenues monuments de la culture, dont les mots suintent le désir et le sexe, la mélancolie et la mort. Tout a été dit de ces splendeurs venimeuses, jamais elles n'ont été entendues ainsi. Baudelaire et Genod se rencontrent dans le noir. Acteur et poète, il avance, recule, s'éloigne, traverse le plateau plongé dans l'obscurité totale. Voix proche ou lointaine, le souffle est là, presque tactile. Des étoiles naissent de ces collisions entre les mondes du poète maudit et l'univers d'un exégète de l'audace. Puis les poèmes laissent place au commentaire, le comédien extrapole, discourt, partage. Rester vivant offre le risque d'une expérience inédite. Entendre des voix dans le noir, éprouver par vibrations les paroles des poètes, des princes maudits de la littérature. Genod ambitionne de provoquer le geste artistique essentiel, où chacun vient se sentir en vie, fêter d'être au monde, et rester vivant, infiniment. Pierre Notte

distribution

Un spectacle de : Yves-Noël Genod
D'après les poèmes des Fleurs du mal et du Spleen de Paris de : Charles Baudelaire
Son : Benoit Pelé
Lumière : Philippe Gladieux
Assistanat : Gildas Gouget

mentions de production

production Le Dispariteur, coproduction Théâtre du Rond-Point, Festival d’Automne à Paris, hTh - Centre dramatique national de Montpellier 

revue de presse avis des spectateurs

 culturopoing.com - Alban Orsini

20 décembre 2014
Rester vivant
On entend la salle pulser, battre comme un cœur conscient. Elle s’adapte, rentre dans une sorte d’harmonique commune. Du travail sur l’obscurité aux images mentales subrepticement convoquées, tout concourt de manière pertinente à placer le texte au centre de tout, transcendant l’expérience sensorielle. Peu à peu l'auditeur lâche prise et se laisse porter par les vers magnifiques de Baudelaire. C’est impressionnant. Rester Vivant est une expérience fascinante qui révèle l’extrême sensibilité d’un artiste singulier.
 Consulter l'article

 Les Inrockuptibles - Fabienne Arvers et Patrick Sourd

18 juillet 2014
Avignon Off, Yves-Noël Genod encore vivant
Yves-Noël Genod s’invente en Maître de l’art de l’ikebana pour composer avec Les Fleurs du mal un bouquet aux fragrances venimeuses où cohabitent quelques standards passés dans le domaine public et une jolie moisson de raretés.
 Consulter l'article

également à l'affiche